Nous voilà donc au moment que j’appellerai toute ma vie, « La joie de la post-prod ». Ou comment dépendre de plusieurs personnes et ne rien pouvoir y faire. Etant partie sur des plans fixes avec cumules de passages des acteurs, l’on m’avait répondu, pas de souci c’est assez simple, en trois mois c’est torchés. Le montage se fait assez vite malgré quelques petits qui par la suite seront très légèrement modifiés, principalement des rotations en miroir d’images. Je motive donc la post prod pour qu’on tienne notre délai. C’était mon premier projet donc je voulais que tout roule et que tout se passe au mieux pour tout le monde et ne pas faire trop attendre les gens concernés par le projet.

Je ne me souviens plus de la chronologie exacte mais le film est tourné en deux jours début octobre. Donc courant février la post-prod est terminé. Malgré des relances, arrive alors février très vite et aucun plans ne sont fait. Le mois d’Aout pointe sont nez et qu’elle belle surprise je reçois. Un gros plan de course est terminé ainsi que deux plans avec des vaisseaux en 3d. Ils n’étaient pas prévus à l’origine, ce fut donc une superbe surprise. Manuel Quinto venait de rejoindre le projet parce que ça le sujet le faisait kiffer. Ca envoyait vraiment du gros. Je vous avouerai que je commençais à y croire. Et puis plus rien. De nombreuse relance. J’ai même proposé de trouver de l’argent pour aider à motiver la post prod. Rien n’y a fait, ils n’en ont pas voulu.

Encore plusieurs mois plus tard, je lance des demandes sur le net pour savoir qui aimerai travailler dessus. J’ai quelques réponses et une équipe de 5 personnes est prête. Je mets les séquences sur FTP. Sur les 5, après une semaine déjà 2 ne donne plus de nouvelles. Une personne qui fait l’étalonnage me rend un plan. J’apprécie la rapidité. Mais quand je regarde le plan c’est une nuit américaine et l’œil du Sergent est devenu vert. WTF ? Il me répond qu’il n’a pu faire que ça. Incompréhensible. Je reçois un model de roquette en 3d mais plus rien par la suite. Les 5 personnes sont alors disparues dans les méandres d’internet. Plus de nouvelles.

Il y a de ça un an, étant en vacance, je me dis : « je vais le remonter, ne prendre que les plans les plus instances et le faire au plus court en essayant de faire la post-prod moi-même. » Septembre, je suis chez moi, je commence un nouveau montage. Entre temps j’ai réalisé deux autres courts métrages au format pub. Donc je suis à fond sur Première et je fais mes débuts sur After Effects. Mon montage est terminé, je commence donc les effets, entre caméra 3d, tracking, étalonnage, time remap and Co… J’ai bouffé des heures et des heures de tutoriaux sur le net. Et j’en bouffe toujours by the way ! Merci à tout ces gens de partager leur connaissance, c’est très appréciable. Je termine donc tout ça après un petit paquet de temps, mes 2 autres courts métrages en pâtissent un peu. Je le montre à des amis proches et la première remarque que l’on me fait est que le ciel n’est pas uniforme sur tous les plans. Une nouvelle galère arrive. Je redemande à mon pote en post prod de m’aider, l’original. Pas de souci, sous Nuke c’est easy. Je vais donc chez lui faire des plans sous Nuke, cela avance bien pendant 3 jours, puis plus de nouvelles, puis re 3 jours et ainsi de suite. Arrive alors des plans non modifiables. Nuke n’arrive pas à isoler les armures. Commence alors la découverte pour moi de la rotoscopie. Il y a trois plans d’environs 200 images chacun. Nous nous les partageons…j’ai tout fait, huum huum. Recommence notre collaboration, il faut faire un grand matte painting pour le ciel car nous faisons près de 180° autour des acteurs. Il se met à en peindre un. Il n’a jamais vu le jour. Les rotos étant sous Nuke je ne peux les utiliser sous After Effect. Je dois alors lui demander de me faire des sorties en Targa de ces 3 plans, qui ne devrait lui prendre que 1H en tout, maximum. Je ne vois rien venir. J’essaye alors de me dépatouiller sous ce logiciel. Je n’y arrive pas. Après un harcèlement de 10 jours pour qu’il m’aide, j’arrive enfin à les sortir chez moi. Je termine les effets, je recale mon montage. Je fais vérifier à quelques amis. Modification de quelques typo, création du générique et voilà. Done !

Je viens de vous écrire seulement les grandes lignes car il y eu plusieurs autres petites choses à gauche à droite mais ça serait se perdre. Vous remarquerez donc facilement mes plans truqués, ce sont les plus pourries de tous, ce qui est logique, ce n’est pas mon métier. J’essaye par tous les moyens de me convaincre lol. Le film vaut ce qu’il vaut. Il est très court mais au moins il est terminé.

Merci d’avoir lu en tout cas. Vous ne serez qu’une poignée :) A très vite!